Historique du Festival de Cornouaille



LE FESTIVAL AU FIL DES ANNÉES

1922 : en décembre, inauguration du Cinéma de Louis Le Bourhis "l'Odet Palace" en présence de quelques reines des différents comités des fêtes de Cornouaille.

1923 : 30 septembre, première Fête des Reines. Marie Guirriec est élue Reine de Cornouaille.

1926 : la date est avancée au quatrième dimanche de juillet.

1933 : "un public énorme et enthousiaste" lit-on dans la presse. "Plus que lors d'une récente visite présidentielle".

1947 : la première manifestation d'après guerre n'est qu'une fête folklorique qui dure 4 heures.

1948 : relancée principalement par François Bégot, la première édition des "Grandes Fêtes de Cornouaille" voit le jour. Première "Abadenn Veur" et premier Triomphe des sonneurs. Echange avec l'Ecosse.

1949 : les Fêtes durent du 17 au 24 juillet. 32 cercles celtiques et 60 sonneurs sont présents. Ce sont les débuts de la "Danse des Mille". Premiers concours de sonneurs de couple.

1950 : Grandes Fêtes de Cornouaille et Interceltiques ! plus de 1500 participants dont des écossais (pipe-bands). Présence de la presse parisienne.

1951 : Sont présents 70 cercles, 250 sonneurs et 10 groupes provinciaux. Au total plus de 2 000 participants. Pour la première fois, les programmes parlent de musique "folk".

1952 : on dépasse les 100 000 spectateurs et les boulangeries de la ville manquent de pain durant les fêtes.

1953 : Sous la présidence de René Pleven, 30ème anniversaire de la manifestation.

1954 : 20 000 spectateurs assistent à l'Abadenn Veur (soit autant que la population de Quimper !). La Yougoslavie, invité d'honneur.

1955 : une année sombre pour les Fêtes, Louis Le Bourhis (fondateur) et Jo Halleguen disparaissent. Présence de la Galice espagnole.

1956 : 2 500 participants. Pour la première fois, la manifestation fait l'objet d'un direct télévisé. Présence de troupes venant de la Suisse, d'Italie, de la Norvège et de la Russie. 102 groupes au Défilé des Guises.

1957 : Pierre Jakez Helias et Jeff Le Penven travaillent ensemble sur "La Cantate du Bout du Monde". La Roumanie, invité d'honneur. Premier Fest-Noz sous l'égide de Loeiz Ropars.

1958 : Une météo désastreuse gâche la fête. Premier déficit pour le comité ! 100 groupes étaient présents pour le défile des Guises. Création du Trophée de la Plume de Paon (concours sonneurs de couple).

1959 : Année de tension suite à la suppression de la langue bretonne à l'oral du Bac. Des Islandais participent pour la première fois aux Fêtes. 110 groupes au Défilé des Guises.

1960 : 116 groupes au Défilé des Guises, nombre maximum de groupes présents dans toute l'histoire du Festival.

1961 : Une édition placée sous la présidence d'Alain Poher, président du Sénat. 3000 participants.

1962 : Contestation sur la présence du Ballet national de Danses Françaises de Jacques Douai.

1963 : 1000 sonneurs et 3000 danseurs sont présents. Maurice Hertzog invité de l'édition.

1964 : La Suède et le Pays basque, invités d'honneur.

1965 : Le Brésil invité d'honneur. Début de l'ère du Fest-Noz moderne. Après Loeiz Ropars et les chanteurs de Poullaouen, les fêtes de nuit sont animées par les Kabalerien, les sœurs l'Hour et les Namnediz.

1966 : "Il y a trop de groupes étrangers, on veut plus de Bretons", réclament les spectateurs estivants. Tous apprécient, parcontre, le feu d'artifice.

1967 : Edition sérieuse lors de laquelle on évoque l'histoire de la littérature et de la langue bretonne. Mort de Jeff Le Penven. La Bulgarie, invité d'honneur.

1968 : "Toute culture part de soi pour aller vers les autres" écrit Pierre Jakez Hélias, dénonçant le centralisme français. Retransmission des Fêtes sur France Culture.

1969 : Présidées par le Ministre Edmond Michelet, les Fêtes sont sous-titrées "Festival Interceltique", et du lundi 21 au dimanche 27 juillet, chaque journée fête un "pays" celte : Ecosse, Irlande, Galles, Galice, Ile de Man, Cornouailles Britanniques et Bretagne. Lors du défilé, les drapeaux nantais sont en berne afin de réclamer la réunification de la Bretagne historique.

1970 : Premier son et image de Bernard de Parades, "Breiz Gwechall". Conférence-débat sur "la Cornouaille d'aujourd'hui fâce à son avenir".

1971 : L'ancien Penn Soner du bagad Bleimor, Alan Cochevelou, est devenu Stivell. Il donne son 1er concert de folk-song breton à Quimper.

1972 : Le Sénégal, invité d'honneur. Le chanteur-poète Youenn Gwernig en concert.

1973 : Grande année de contestation tout azimut pour le 50ème anniversaire, notamment celle visant le "Triomphe des Sonneurs" pour cause de cacophonie musicale et dont la suppression est décidée. Si la jeunesse a le blues de défiler en costume, ils sont de plus en plus nombreux à danser l'An Dro en blue jeans sur la musique trad électrifiée des Diaouled Ar Menez. 3000 costumes et 90 groupes sont présents.

1974 : Jean Coroller succède à Fanch Bégot à la présidence du Comité des Fêtes de Cornouaille.

1975 : C'est l'époque des grands diaporamas mis en scène par Bernard de Parades. Toujours une certaine contestation du folklore et du costume : les vainqueurs du concours de couple bombarde-biniou coz sonnent au Fest-Noz en maillot de bain avec des palmes. Fest-Noz de clôture avec les Sonerien Du et les Diaouled Ar Menez.

1976 : Sécheresse et chaleur ! Les ballets tahitiens, présents à cette édition, sont dans leur élément !

1977 : XXeme anniversaire du renouveau du Fest-Noz. La Colombie en invité d'honneur. Première nuit des Vieux Quartiers (nocturne dans le vieux Quimper).

1978 : Concert de Fairport Convention, l'un des grands groupes folk-rock du moment, dont fera partie un temps Dan Ar Braz.

1979 : A noter la présence de Glenmor - le sulfureux barde n'avait curieusement jamais été invité auparavant à la manifestation - et d'Eric Tabarly. An Triskell en Concert.

1980 : Djiboudjep enflamme la nuit des vieux quartiers. Un jeune musicien, Roland Becker, en concert Celtic Pop à l'amphithéâtre de la Résistance.

1981 : Edition aux couleurs de l'Irlande dans le cadre du jumelage Quimper-Limerick.

1982 : La manifestation, qui est tout de même reconnue comme "la toute première fête folk d'Europe" devient "le Festival de Cornouaille" sous l'influence de Bernard De Parades, notamment pour des raisons budgétaires. C'est l'année du retour du Triomphe des Sonneurs tant apprécié du public. Refus de 500 personnes à un spectacle Ecosse-Bretagne au jardin de l'Evêché : complet ! Tammles, Kornog, La Godinette, Awen, le ballet de Bali, entre autres, au programme.

1983 : Grande soirée celte avec Brenda Wooton. 40eme anniversaire de la B.A.S.

1984 : Une nouvelle génération de groupes : les irlandais de Moving Hearts et les bretons de Gwerz.

1985 : Déjà Dan Ar Braz pour un concert intitulé "Musiques pour les Silences à venir" et première et unique visite d'un mythe venu d'Irlande, The Wolfe Tones. Concours interceltique de chorales. Ballet de Chine.

1986 : Première visite des corses d'I Muvrini. La Pologne, invité d'honneur ainsi que les irlandais de Stockton's Wing. Egalement présents : Tri Yann, Melaine Favennec, Ar Vro Bagan, Yvon Etienne...

1987 : Moment rare, Alan Stivell en solo à la cathédrale de St Corentin, et la venue des Chieftains avec Paddy Moloney, un monument. Première université d'été. Spectacle avec le ballet de Mexico.

1988 : Deux créations musicales au programme, celle du bagad de Quimperlé et du contrebassiste de jazz Henri Texier ; celle de Tri Yann "le Vaisseau de Pierre". The Tanahill Weavers en concert à l'amphithéâtre ainsi que l'ensemble de danses Omsk de Sibérie.

1989 : Yvon Etienne, Soldat Louis, le Bagad Kemper et Tri Yann à l'amphithéâtre sur le thème de la révolution ! Les Wolfe Tones reviennent pour la seconde fois.

1990 : Un thème phare pour cette édition : les Rencontres des Cornemuses d'Europe. Stivell revient faire un point musical sur 20 ans de carrière. Den, Davy Spillane Band, Yann-Fanch Kemener et en apothéose, le griot Mory Kanté, accompagné par l'orchestre philharmonique de Guinée.

1991 : Le thème, les Voix d'Europe, avec entre autres, les chœurs de l'Armée Rouge, des chœurs byzantins et le Mystère des voix bulgares ainsi que les splendides irlandais de Clannad. Concerts à guichets fermés des moines de l'abbaye de Glenstal à la Cathédrale Saint Corentin. Ouverture vers le soleil avec Kassav et clôture de l'édition avec Dan ar Braz et le Bagad Kemper.

1992 : Une édition consacré aux danses populaires d'Europe. Présentation de la Passion Celtique d'Ar Vro Bagan. Runrig, Chico & the Gipsies en concert.

1993 : L'une des plus grandes éditions du Festival à l'occasion de ses 70 ans. Une affiche monumentale avec Planxty, Barzaz, les Nouvelles polyphonies Corses, Denez Prigent, les Ballets Russes Moïsseïev et, bien sûr, la création de "L'Héritage des Celtes" autour de Dan Ar Braz. Jean-Michel Le Viol succède à Jean Coroller à la présidence du Festival de Cornouaille.

1994 : Autre très grand moment marqué par la soirée des 80 ans de Per Jakez Hélias (un an avant sa disparition). Sur scène également : The Chieftains, Capercaillie, La Grande Chaine (Quebec), Gwerz et Celtic procession avec Didier Lockwood. 130 000 visiteurs et 75 000 entrées payantes.

1995 : Thème de l'année : d'Ecosse en Cornouaille, 100 ans de cornemuse. Dan ar Braz revient avec l'Héritage des Celtes pour deux soirées. Ar Re Yaouank met le feu au fest-noz de Locmaria. Le groupe "Mes souliers sont rouges" endiablent la Taverne.

1996 : Skolvan, remarquable groupe quimpérois, passe du fest-noz au concert. Gilles Servat pour un concert inoubliable. La Lugh, Altan, Cooney & Begley, Anuna, Davy Spillane, Alan Stivell pour cette édition marquée par l'année de l'imaginaire irlandais. Ouverture du site internet du Festival de Cornouaille, premier site internet de festival en France.

1997 : Thème du Monde de la Flûte et des flûtistes sous l'égide de Jean-Michel Veillon. Rencontre mémorable entre Johnny Clegg et le Bagad Kemper à l'amphithéâtre.

1998 : 75eme anniversaire du Festival. Césaria Evora, Didier Squiban, les 20 ans de Keltia, Matmatah, Alan Stivell et Carlos Nuñez sont les têtes d'affiche de cette édition qui accueille près de 250 000 visiteurs.

1999 : Edition sympa dont le thème principal est : "Quand souffle l'accordéon !". Carlos Nuñez, Sharon Shannon, Donal Lunny, Armens, Djura, Martin O'Connor et la création d'Alain Pennec "Celtitudes" sont les temps forts de cette année.

2000 : les organisateurs tentent de séduire le public jeune, en proposant des soirées réservées au celtic-rock dans le cadre de l'Espace Evêché. Noa, Hevia, Celtas Cortos, la création d'Alan Simon "Excalibur" et Youssou N'Dour font danser le Festival.

2001 : Le dernier concert quimpérois de Derek Bell, harpiste des Chieftains, décédé quelques mois plus tard. Azeliz Iza, grande création du Bagad Kemper qui permet au grand public de découvrir la voix de Marthe Vassallo. Une édition qui met en valeur les voix féminines comme celle de la diva cubaine Omara Puertondo ou de Deborah Henson-Conant. Le Festival teste la "Frugy Noz", Place de La Résistance avec Denez Prigent, Merzhin ou encore les Trompettes du Mozambique.

2002 : le public ne se fait pas à l'inversion du défilé des Guises. Les Sonerien Du fêtent leur 30 ans. Beaucoup de beaux concerts : Laïs, Thierry Robin, Erik Marchand, Denez Prigent, I Muvrini, Doudou N'Diaye Rose et le Bagad Men Ha Tan, Spirit of Ireland, Lunasa, Karan Casey...

2003 : 80ème anniversaire ! L'édition est un excellent cru, tant sur le point vue artistique qu'au niveau financier ! Grandiose "Héritage d'une culture", spectacle célébrant la mémoire du festival à travers la danse, la musique et les images créé à l'occasion de cet anniversaire. Simple Minds, Souad Massi, O'Stravaganza, Gilles Servat et Pat O'May... Près de 200 concerts et animations ouvrent le festival vers le monde. Seul point noir : la soirée du vendredi, "Tous aux Quais !", consacrée aux arts de la rue, perturbée par une manifestation des intermittents du spectacle. Les spectacles de l'amphithéâtre de la Résistance ont d'ailleurs été transféré au Pavillon de Penvillers. A noter le retour des Cavaliers de Kerfeunteun lors du Défilé des Guises qui récupère sa place en clôture du Festival.

> introduction
> fête des reines
fêtes de cornouaille
> festival de cornouaille
> les reines depuis 1923
> au fil des années
> personnages