FIL INFOS - BRÈVES - ACTUS DU FESTIVAL

Adieu 2004, vive 2005 : un festival à l'heure "Européade"
05/08/2004 à 13h08

Le Festival de Cornouaille 2004 est terminé, mais déjà tous les regards se tournent vers 2005. En effet, fin juin le bureau du festival a été sollicité pour organiser en juillet prochain l'Européade, immense manifestation regroupant près de 4.000 artistes de 130 groupes venus de tous les pays d'Europe. Un pari fou... mais à Breton rien d'impossible !

Ainsi, le Festival de Cornouaille organisera en 2005 la 42ème édition de l'Européade, dans le cadre de sa manifestation (16-24 juillet 2005) du 20 au 24 juillet à Quimper. L'Européade est le plus grand rendez-vous européen de l'art populaire et de culture traditionnelle qui se déroule chaque année dans un des pays européens. Cette manifestation internationale existe depuis 1964 et a été précédemment accueillie par des villes comme Anvers, Annecy, Vienne, Turin, Valence, Rennes, Munich ou encore Riga en 2004.

Une Européade ressemble à un forum international où l'idée principale est de cimenter l'amitié et la coopération culturelle entre les peuples, en popularisant des aspects différents de l'art populaire. Les caractères et la diversité du patrimoine culturel et traditionnel des régions européennes sont source d'enrichissement et de compréhension mutuelle, apport essentiel à l'établissement d'une "communauté européenne". Le Comité international de l'Européade est une organisation non-gouvernementale au sein de laquelle des représentants de toute l'Europe se retrouvent et participent. Actuellement, il y a 38 membres dans le comité présidé par Bruno Peeters.

Bien sûr, la mise en place d'une telle manifestation au cour du Festival de Cornouaille nécessitera de lourds moyens logistiques. Avec le soutien de la municipalité, le festival devra investir ou réinvestir différents lieux, du centre-ville historique aux autres quartiers de Quimper. De nombreuses animations et attractions s'ajouteront donc au programme du festival, pourtant déjà bien chargé : une cérémonie-spectacle d'ouverture dans le stade de Penvillers, des concerts de musique et de chant, un grand Bal de l'Europe, un grand défilé avec tous les participants dans les rues de Quimper, des représentations dans les rues et sur les places, une cérémonie de clôture dans le stade, un Village Européade, forum permanent destiné aux villes et aux groupes présentant des stands, etc.

Un projet gigantesque sur lequel travaillent déjà les différents acteurs du festival depuis plus d'un mois. Une chose est sûre : les vacances seront courtes mais le jeu en vaut la chandelle !

Nicolas Gonidec

Et la nouvelle reine est...
25/07/2004 à 17h53

Le verdict du jury vient de tomber : la Reine de Cornouaille est Katell Le Drézen (Kanfarted Sant Evarzeg - Saint-Evarzec).
 Première demoiselle d'honneur : Myriam Dupouy (Eostiged ar Stangal - Quimper)
 Deuxième demoiselle d'honneur : Elodie Denniel (Pintiged Foën - Fouesnant).

 Le trophée Gradlon a pour sa part été remporté par les Kanfarted Sant Evarzeg (Saint-Evarzec).

 Le prix du défilé a été décerné au cercle Boked er Lann.

Trophée Le Meur, trophée klaxonneur !
24/07/2004 à 17h21

Joyeux mélange sur la place Saint Corentin. Alors que se poursuivait le Trophée Le Meur, la mairie, elle, organisait le Trophée Klaxonneur !

La foule ne s'est pas levée pour acclamer les mariés, ni les voitures fautives d'avoir un klaxon bruyant. Cependant, elle s'est enfin calmée quand elle a pu entendre à nouveau les duos de bombarde et binioù braz...

Instrument à vent, quand tu nous tiens !

Et pendant ce temps là...
24/07/2004 à 14h17

Alors que nous sommes samedi, le directeur du Festival, accompagné d'Anthony (responsable de la billetterie), n'a rien trouvé de mieux que s'offrir une escapade sur les Vieilles Charrues à Carhaix. Si, puisqu'on vous le dit.

Mais c'est en mission ultra-secrète (négocier les dates afin que les deux rendez-vous ne se gênent pas dans le calendrier 2005) qu'il est parti.

Mais quel esprit de sacrifice, quand même !

Super Soïg !!! (Bis)
24/07/2004 à 14h12

Dans le Pavillon (toujours tropical), chaleur, stress et fatigue aidant, une danseuse du Cercle de Pont-l'Abbé est tombée dans les pommes à son entrée en scène lors de l'Héritage.

Et c'est Super Soïg qui, à l'aide certainement de ses super-pouvoirs, a été assez prompt pour la retenir et lui éviter la chute !

Bravo Super Soïg !

Super Soïg !!!!!!!!
24/07/2004 à 11h45

Soïg Sibéril serait-il Superman ? Alors qu'il jouait au Pavillon jeudi soir avec Stéphan Eicher, il ne se sera passé que 6 minutes entre son départ de Kerfeunteun et son arrivée sur scène à l'Evêché.

Depuis, nous cherchons toujours dans quelle cabine téléphonique il s'est changé pour user de ses super-pouvoirs.

L'héritage sans décor ?
23/07/2004 à 15h46

Angoisse dans l'après-midi. Au Pavillon se jouera en soirée l'Héritage d'une culture qui nécessite l'installation d'un conséquent matériel de rétroprojection pour diffuser films et vidéo. Mais à la mi-journée, au Pavillon, point de matériel.

Coup de fil à la société quimpéroise qui loue le nécessaire et là, terrible réponse : "Ah, bon, c'est ce soir ? On pensait que c'était demain." Et voici que débute la course infernale et la récupération in-extremis du matériel, parti à Rennes.

Le directeur du Festival, après s'être vu refouler, doit maintenant affronter les problèmes matériels. Tiendra-t-il jusqu'à dimanche ? Suspens...

France Telecom sur le coup !
23/07/2004 à 12h37

Il y a trois jours notre ligne ADSL a été coupée de 9h30 à 17h00. Après moult coups de fils et interventions, la liaison a finalement été rétablie dans la journée.

Hier matin, à 10h, un technicien de France Telecom semblant perdu au Chapeau-Rouge, nous aborde et nous demande où se trouve la ligne en dérangement. "Oui, on m'a demandé d'intervenir il y a deux jours pour un dysfonctionnement...!"

Depuis, nous tentons de savoir si le 22 à Asnières n'aurait pas été remis en service.

Réactivité, quand tu nous tiens...

Que fait la police ?
23/07/2004 à 12h30

Pas forcément simple de s'occuper pour les policiers, alors que l'on est mobilisé pour la surveillance des concerts au Pavillon. Alors, comment passer son temps ? Pourquoi pas à la buvette ? Et de demis en demis, voici que le chef, qui ne voit pas ses hommes revenir, jette un oeil au dehors. Contrarié de les voir en fâcheuse posture, ni une, ni deux, voici tout le monde rappelé à l'ordre, direction le Pavillon et la surveillance. Une demi-heure après, ils étaient déjà de retour au comptoir. Il faut dire qu'il faisait chaud au Pavillon, devenu pour le coup tropical. Les policiers sont comme les autres festivaliers, ils n'ont pas soif que de musique.

Post-scriptum : entre-temps, certains auraient ensuite aperçu au rond-point de l'Eau-Blanche nos mêmes policiers. Cruel retour à la réalité, l'Eau-Blanche... Ne nous demandez pas ce qui la trouble !

The toilets, please!
21/07/2004 à 18h14

Il y a de grands moments qui se vivent au Pavillon depuis le début du Festival. En voici un exemple. Alors que nous nous trouvions à l'espace V.I.P. du Pavillon, un individu vêtu simplement d'un blouson en cuir et d'une sacoche s'approche de nous, l'air perdu, la misère dans les yeux. Quid ? puis se faufilant à travers les dallots du Pavillon, où est entreposée la technique, passant outre les décors et matériels, se frayant un passage entre les arbres postés aux quatres coins du stand BEAMISH... C'est un peu gêné qu'il atterrit finalement au stand VIP; "...euh...c'est où LE toilet, s'il-vous-plaît? par là ?"... Et là surprise... LE Johnny Clegg (et oui c'est bien lui), perdu dans l'antre du Pavillon, s'est vu immédiatement accompagné jusqu'a l'endroit tant convoité... et a fortement remercié son guide!
On a beau être une montagne, on n'est rien devant dame nature!

Nul n'est prophète en son pays!
21/07/2004 à 17h51

Décidément tout fout le camp ! C'est ce qu'a dû se dire Jean-Philippe Maurras, le directeur du Festival de Cornouaille qui l'a testé à ses dépends. Celui-ci à toutefois pu mettre à l'épreuve la sécurité du Pavillon ! Ainsi, lors de la conférence de presse de Johnny Clegg, tous les journalistes pouvaient stationner leurs véhicules dans l'enceinte du pavillon. Ceux démunis de laissez-passer pouvait s'en faire délivrer un, sur place par les vigiles postés à l'entrée, en présentant leurs badges... Tous sauf pour le Directeur... En effet, pressé et en retard, il s'est fait conduire par une amie aux grilles du Pavillon, mais malgré la présentation de son badge, il s'est vu refuser l'accès au site. Arguant de sa qualité de directeur, usant de tous les subterfuges rien n'y a fait, pour faire vaciller le vindict des vigiles. Au bout d'âpres négociations, de quelques noms d'oiseaux, et d'un bon énervement que Jean-Philippe s'est finalement résigné... à parcourir à pieds le reste du chemin ! C'est en sueur,les cheveux dressés et dépité, qu'il est apparu au Pavillon. Certes il a laissé un peu d'énergie dans la bataille, mais comme il en a encore en réserve, on ne se fait pas de soucis pour lui... Pourquoi ça n'arrive qu'a moi, hein, c'est vraiment trop inzuste.....!

Printemps du Festival de Cornouaille à Quimper : l'Héritage d'une Culture, historique et féérique
13/04/2004 à 00h15

Près de 200 artistes, musiciens et chanteurs sont ce soir réunis pour célébrer cette fête d'un jour devenue festival. C'est en effet avec le spectacle "L'Héritage d'une Culture" que le Festival de Cornouaille a choisi de débuter cette année 2004, avant la grand-messe du 17 au 25 juillet prochains. Des images d'exception, des films rares et surprenants de 1923 à nos jours, projetés sur écrans géants... Plus de 4.000 personnes avaient déjà assisté à la première version de ce spectacle, le 27 juillet dernier. Mais cette nouvelle mouture n'a quasiment plus rien à voir avec le projet initial : de la splendeur, du dynamisme, de la réactivité dans les enchaînements, bref, tous les ingrédients d'une soirée agréable et riche.

C'est au guitariste Soïg Sibéril qu'est revenu l'honneur d'ouvrir le bal, suivi par Régis Huiban et Roland Becker (Kof a Kof). Puis place à la danse et aux bagadoù, notamment le Bagad Cap-Caval qui a joué sur scène de larges extraits de sa création "Hepken". Nolwenn Korbell elle aussi a offert au public deux passages de son spectacle, accompagnée tout en finesse par Soïg Sibéril. Ainsi, moments d'émotion ont alterné avec de véritables plaisirs et déchaînements musicaux. Les danseurs non plus n'ont d'ailleurs pas démérité, les trois cercles celtiques présents ont su occuper l'espace scénique en apportant leur touche au scénario de cet Héritage.

Au final, un spectacle féérique à forte valeur historique, bref : une des grandes heures du Festival de Cornouaille... au printemps ! Gageons que le programme estival sera à la hauteur de l'avant-goût donné au Pavillon le 10 avril...

Nicolas Gonidec


Pour voir les reportages vidéos et les interviews d'An Tour Tan, cliquez sur le bouton "EN DIRECT" en haut de votre écran, puis sur "Samedi 10/04" dans le menu à gauche.

Le Festival de Cornouaille a dévoilé son programme 2004 : Johnny Clegg, Alan Stivell, Stephan Eicher...
13/04/2004 à 00h13

Les organisateurs du Festival de Cornouaille, réunis au Théâtre de Cornouaille à Quimper, ont dévoilé vendredi 9 avril le programme complet de l'édition 2004, qui se déroulera du 17 au 25 juillet. Une 81e année qui affiche un plateau digne des plus belles heures du troisième festival de Bretagne. Ainsi, Johnny Clegg fera son grand retour dans la cité du Roi Gradlon, tout comme Alan Stivell ou Stephan Eicher qui feront à coup sûr vibrer le Pavillon de Penvillers, celui-ci ayant définitivement remplacé l'amphithéâtre de plein air.

A l'honneur également, Susheela Raman, l'Ensemble "Bert" d'Arménie, le Bagad Kemper ou encore Didier Squiban qui présentera en avant-première sa nouvelle symphonie "Iroise". Le Festival de Cornouaille se refermera avec une création exceptionnelle, "Voix de la Terre", qui rassemblera sur scène Karen Matheson, Karan Casey, Marthe Vassallo et Julie Murphy, accompagnées par 9 musiciens d'exception venant d'Ecosse, de Bretagne et d'Irlande pour un concert unique mis en musique par Gilles Le Bigot.

De belles surprises aussi du côté de l'Espace Évêché, avec notamment Red Cardell, Ewen-Delahaye-Favennec, le Guichen Quartet, les Maudits Matous ou encore les Churchfitters... Comme chaque année, An Tour Tan ne manquera pas de vous partager en direct sur internet ce grand cru du Festival de Cornouaille !

Pour voir le programme 2004 du Festival de Cornouaille, cliquez tout simplement sur le bouton "PROGRAMME" en haut de votre écran...!

N.G.

Voeux 2004 du Festival de Cornouaille : Stephan Eicher en tête d'affiche l'été prochain
02/02/2004 à 11h36

Comme le veut la tradition, le Festival de Cornouaille a réuni, en ce début d'année, tous ses amis, bénévoles et partenaires, qu'ils soient institutionnels ou économiques, pour leur souhaiter les meilleurs voeux possibles pour 2004. Une rencontre qui aura permis de faire le point sur l'année passée, et de parler de l'avenir. Jean-Michel Le Viol, président du festival, a d'ores-et-déjà rompu le silence qui entoure habituellement la programmation, et a notamment annoncé la venue de Stephan Eicher, au Pavillon de Penvillers, mais aussi de Nolwenn Korbell, Soïg Sibéril ou des Red Cardell sur la scène de l'Evêché.

L'édition 2003 fera certainement partie des festivals qui auront marqué l'histoire de l'association, non seulement à cause de l'édition particulière du 80e anniversaire, mais à cause de tous les événements qui s'y sont rattachés et des décisions prises. Jean-Michel Le Viol, une pointe d'émotion dans la voix, a tenu à remercier et féliciter chaleureusement toute l'équipe du festival, bénévoles et salariés. Mais il a également salué la solidarité des Quimpérois, manifestée par l'équipe municipale, les Vitrines de Quimper et l'Office de Tourisme. "On a vu à travers des prises de paroles, des gestes forts qui nous ont beaucoup touchés, que les Quimpérois étaient attachés à LEUR festival, a-t-il déclaré. On peut dire que les décisions responsables que nous avons été amenées à prendre ont bouleversé les habitudes, changé les mentalités. La très grande solidarité dont vous avez fait preuve en nous le faisant savoir, nous a particulièrement touché et encore une fois, je vous en remercie."

Sur le plan financier, Jean-Michel Le Viol a levé quelques interrogations sur l'édition passée, assurant que la politique mise en ouvre avait encore payé, et que le festival affichait un bilan positif pour 2003. "Certains autres Festivals n'ont pas cette chance et la démonstration est bien faite que nul n'est à l'abri d'un accident", a-t-il ajouté.

Le repositionnement des sites en 2003 a amené une réflexion sur la prochaine édition. Tout d'abord, le 81e festival se déroulera du 17 au 25 juillet, c'est-à-dire, suivant ses dates traditionnelles, entre l'avant-dernier et le dernier dimanche de juillet. L'année 2004 est particulièrement chargée et le festival se retrouvera dans le même cas de figure que l'édition 2002, qui pourtant avait été une excellente édition.

Bien implanté place St-Corentin, l'espace Restauration et animation sera de nouveau présent au même endroit. L'évêché, avec les apéros concerts et les concerts-créations, fait lui aussi bien entendu partie des lieux indispensables au Festival. En revanche, l'Abadenn Veur le dernier dimanche ainsi que les différents spectacles quotidiens de "Musiques et danses de Bretagne" en soirée, seront implantés sur l'Esplanade François Mitterrand, devant le Théâtre de Cornouaille. Concernant les grands spectacles du soir, le Festival de Cornouaille abandonne donc définitivement la Place de la Résistance et investira le Pavillon de Penvillers, non pas dans la précipitation de l'an passé, mais dans un espace plus accueillant, plus convivial notamment pour la fin de soirée.

La programmation étant bouclée sur tous les sites, le président a dévoilé, en avant-première, quelques-uns des artistes que les festivaliers auront le plaisir de voir à Quimper cet été. Devant le très grand succès enregistré l'an passé avec "L'Héritage d'une culture", l'équipe a décidé d'en faire un autre spectacle, dans une version différente, mais dans le même esprit, avec de nouveaux acteurs, et de proposer ainsi cette version remaniée pour le "Festival fait son Printemps", le samedi 10 avril. Le deuxième spectacle à ne pas manquer est celui d'un artiste mondialement connu, qui proposera dans son concert une rencontre avec des artistes bretons tels Didier Squiban et Ronan Le Bars. Il s'agit de Stéphan Eicher, présent au Pavillon le jeudi 22 juillet.

Mais ce n'est pas tout. Une grande réflexion menée avec la Ville, les commerçants des Vitrines de Quimper et l'Office de Tourisme, a abouti sur la mise en place d'une grande animation sans précédent au cour de la Cité du Roi Gradlon, du dimanche 18 juillet au dimanche 25 juillet de 13h00 à 22h00.

Cette animation se fera dans un nouveau périmètre correspondant à la partie de la rue du Parc et du boulevard Kerguélen, situé entre la rue St-François et la rue de Juniville. Ce périmètre sera piétonnier et gratuit chaque après-midi de 12h30 à 22h30.

Cet endroit sera également une vitrine culturelle, économique et festive de la Cornouaille. Une cinquantaine d'espaces seront installés sur le trottoir et resteront fixes pendant la semaine. Ceux-ci seront loués ou mis à disposition des entreprises, commerçants ou associations, et seront organisés autour de champs d'application comme la culture, la gastronomie, l'artisanat, le tourisme ou encore l'économie. Le festival souhaite ainsi présenter une image positive de la Bretagne, mettre en avant la culture bretonne, en s'appuyant sur les traditions, mais résolument tourné vers l'avenir et les nouvelles technologies.

Pour donner vie à cet espace, chaque jours des animations thématiques seront organisées sur les quais, dans un esprit de déambulation et suivant un thème différent comme les arts de la rue, les chants de Marins, les vieux métiers et bien d'autres. Ces animations seront organisées par le festival en lien avec des associations comme le Fourneau de Brest, Balles à fond, Micheriou Coz ar Vro, etc. Plusieurs formations musicales seront elles aussi au rendez-vous : un pipe-band, un groupe de bandas de gaitas, un orchestre de cuivres et bien entendu, les incontournables et indémodables bagadoù.

Et Jean-Michel Le Viol de conclure : "Tout le monde doit savoir que Quimper ET la Cornouaille ont la chance d'avoir un festival qui est l'évènement majeur de la saison estivale, que Quimper et la Cornouaille ont l'ambition d'avoir, ensemble, un festival digne de son histoire. L'an passé, il a été démontré qu'une bonne communication sur un événement comme Gauguin, ne laissait pas insensible. A nous d'en tirer les leçons. Comme la synergie des volontés communes est là, c'est ensemble, en mobilisant sur un projet ambitieux, que tout Quimper gagnera, tout Quimper ira vers demain, tout Quimper préparera et construira le festival de la 100e édition."

N.G.